• Chateau de la Chevallerie

Histoire de la Chevallerie

A l’arrivée des actuels propriétaires en 2004, Pascal et Eugénie Maison, la Chevallerie avait une allure de « belle endormie » : jardins en friche, gravois dans tous les bâtiments, bâtiments au bord de s’effondrer, toitures étayées.

Les travaux d’urgence et de sauvegarde sont toujours en cours actuellement, mais la restauration passe à une deuxième phase, celle des embellissements : restauration de la Grande Nef, remise en état de la cour du Pavillon (parterre à la française, pot de magnolias, …), création d’un jardin dans l’esprit des jardins réguliers du 18ème siècle.

La Chevallerie n’a pas encore livré tous ses secrets, mais tel des enquêteurs, nos investigations nous permettent aujourd’hui de vous raconter son Histoire, de vous faire partager une tranche de vie et de travaux dans un monument historique, agrémentée de petites anecdotes et surprises …

Au cours des siècles

XIIème Déjà sous la période gauloise, le site accueille un campement sédentarisé de la tribu celte des Pictons. Mais le premier ensemble en pierre date de la deuxième moitié du XIIème siècle : il s’y édifia une commanderie de Templiers qui lui donna son nom de « Chevallerie ».
XIVème Pendant la Guerre de Cent Ans, tantôt Seigneurie rattachée à la Couronne française, tantôt possession dépendant de la Couronne anglaise, la Chevallerie devient, par saisie, à la fin du XIVème siècle « l’Hostel » du Président du Parlement de Paris, Pierre Boschet, Garde des Sceaux – ministre des rois Charles V et Charles VI.
XVème-XVIème Propriété d’une famille de seigneurs vivant à la cour, au service direct du Roi, La Chevallerie deviendra un lieu stratégique pour la diplomatie entre catholiques et protestants.
XVIIème Devenue protestante au XVIIème siècle, les bâtiments resteront tout au long du siècle possession de la puissante famille Mauclerc. Mais ils seront ruinés lors des dernières guerres de Religion et victime de la vengeance personnelle et partisane de Richelieu, évêque de Luçon.
XVIIIème Après les vicissitudes des guerres de religion, c’est la famille Babin qui rachète la Chevallerie et lui donne son aspect actuel. Tout plaide pour une conception réfléchie et cohérente de l’ensemble : l’ampleur des bâtiments, leur homogénéité, leur symétrie et les proportions régulières.
Révolution-2004 Le passage des troupes révolutionnaires, l’accueil de réfugiés vendéens par le Général Bar, puis le démantèlement en deux entités agricoles totalement indépendantes, les mauvaises transformations, et son abandon marquent la lente descente aux enfers de la Chevallerie … jusqu’à la reprise de cet ensemble exceptionnel en 2004 par Eugénie et Pascal Maison.

Lors de visites guidées, les propriétaires partageront avec vous leurs découvertes, leur enthousiasme mais aussi leurs épreuves qu’ils assument avec passion. Et ainsi, en choisissant de passer quelques temps dans ces lieux chargés d’histoire, vous contribuez au réveil de cette bâtisse d’exception.

Merci de votre visite !

Travaux de restauration

Nous avons arrêté la période de restauration à la fin du règne de Louis XIV et début de la Régence (1710-1720). Nos choix sont donc en total cohérence avec cette période historique, tant dans les techniques, que les matériaux utilisés ou les choix esthétiques: matériaux nobles comme le chêne, la pierre, la chaux, proportions en pieds et toises, lustres d’époque …

Pour bien restaurer, dans le respect de la bâtisse, il fallait s’intéresser à l’Histoire et décrypter au mieux ce que la pierre veut nous dire. Nous avons été aidé par un historien local pour retrouver les « vieux » papiers, et par notre architecte du patrimoine pour une lecture de la pierre.

  • histoire-galery-1 histoire-galery-2 <histoire-galery-3 histoire-galery-4
  • histoire-galery-5 histoire-gallery-6 histoire-gallery-7 histoire-gallery8